Succès pour Irosoft à l'international : contrat signé avec le gouvernement des Bermudes!

23/09/2009

Montréal, Québec, Canada - 23 septembre 2009 - La société montréalaise Irosoft vient de signer avec le gouvernement des Bermudes un contrat d'implantation de sa plateforme AGIL, un système à base XML de rédaction, de refonte et de publication des lois et règlements.

AGIL d'Irosoft remporte le contrat des Bermudes

Irosoft est fière d'annoncer la signature d'un contrat avec le gouvernement des Bermudes pour l'acquisition de sa plateforme AGIL, un système de gestion de lois et règlements. Il s'agit d'une première percée significative à l'international pour cette société de Montréal.

« Le gouvernement des Bermudes a choisi d'implanter notre plateforme AGIL afin de faciliter à ses citoyens et à la communauté internationale l'accès à ses lois. Nous sommes vraiment très heureux d'avoir été sélectionnés pour ce projet. C'est l'aboutissement de plusieurs mois de travail par notre équipe des ventes et nos équipes de développement. » a déclaré, très enthousiaste, Alain Lavoie, président et cofondateur d'Irosoft. « Cette nouvelle implantation d'AGIL va nous servir de tremplin pour atteindre de nouveaux marchés internationaux. »

AGIL : Une plateforme complète unique en son genre

« Ce qui rend notre plateforme unique, c'est qu'elle couvre toutes les étapes de la chaine documentaire législative de façon intégrée. » d'indiquer M. Lavoie.

En effet, la plateforme AGIL d'Irosoft est l'une des rares solutions complètes sur le marché permettant aux gouvernements nationaux, provinciaux et municipaux de gérer leurs textes de loi ou leurs règlements, aussi bien unilingues que bilingues, depuis la rédaction jusqu'à la diffusion publique.

AGIL permet, de plus, la recherche et la reconstitution de lois et règlements à une date donnée (« point-in-time ») et permet même de visualiser les articles sanctionnés mais non encore en vigueur.

AGIL est utilisée par les ministères de la Justice du Canada, du Québec et du Nouveau-Brunswick, et par la ville de Québec. Une partie de la plateforme est également exploitée par le gouvernement des Bahamas.